« Le pays des autres » de Leïla Slimani

Mathilde a 20 ans en 1947, elle quitte son Alsace natale pour rejoindre Amine à Meknes. Elle va retrouver ce bel homme de 28 ans, tellement charmant, qu’elle vient d’épouser en France et dont elle est follement amoureuse.

Amine a fait la guerre dans l’armée coloniale en tant qu’interprète, il s’est retrouvé dans un petit village alsacien logé dans la famille de Mathilde et c’est ainsi qu’ils se sont connus.

Après deux jours de voyage épuisants de Strasbourg à Meknes en passant par Marseille, Mathilde retrouve enfin les bras d’Amine…

Quand il lui annonce qu’ils vont vivre chez sa mère dans un petit appartement de la médina avec ses sœurs et son frère en attendant de récupérer la ferme et les terres familiales tant rêvées, Mathilde commence à se poser des questions.

En quelques mois elle apprend à supporter la solitude, à endurer la brutalité d’un homme et l’étrangeté d’un pays.

Amine se donne sans compter pour tirer un revenu modeste de ses terres arides, il a des projets de plantations d’orangers, d’oliviers, d’eucalyptus, il voit grand !

Mathilde s’adapte à cet homme dur, à cette culture tellement différente avec cœur et intelligence en pensant surtout à leurs deux enfants, Aïcha et Selim.

1954, c’est le début des émeutes au Maroc entre colons français installés et marocains de souche, Mathilde s’implique avec ténacité auprès des femmes marocaines et de leurs enfants, apportant les soins médicaux nécessaires, incitant les filles à poursuivre leurs études afin d’acquérir une certaine indépendance.

Mais les événements se précipitent et la peur s’installe…

Après Chanson douce qui a obtenu le Prix Goncourt en 2016, Leïla Slimani poursuit sa musique, beaucoup plus douce que dans son précédent roman, faite de sensibilité d’humanité, de féminité sous la forme d’une fresque balayant ces années cruciales au Maroc. Le Pays des autres est le premier volet d’une trilogie annoncée.

Vivement la suite… !

Alix.

Le pays des autres, vol. 1, La guerre, la guerre, la guerre, Leïla Slimani, Gallimard, 2020. 365 p.

Crédit photo : Electre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑