« Le bal des folles » de Victoria Mas

Ce titre… Comment ne pas être intrigué… Quoi de plus glaçant qu’une femme folle ? Nous sommes à la fin du XIXe siècle. Le professeur Charcot, père de la neurologie clinique moderne, finit sa carrière sur une fausse note : l’exhibition de femmes hystériques, internées plus ou moins contre leur gré, pour d’odieuses « leçons publiques ».

À cette période, la vie des femmes, infantilisées de leur naissance à leur mort, dépend de l’autorité des hommes. Une période où une femme risque à tout moment de se faire interner d’office pour épilepsie, hystérie, chagrin incurable, lecture inappropriée… par un père, un mari, un fils… Peu importe si cette femme a été violée, battue, a perdu son enfant ou a développé un sens un peu trop critique. 

C’est dans ce contexte qu’Eugénie, jeune fille de 19 ans, issue d’une famille bien sous tous rapports, est enfermée sur ordre de son père à la Salpêtrière : les morts lui parlent. La belle affaire !

Victoria Mas dissèque, avec un soin chirurgical, ses personnages, cette époque et cette société dans laquelle on se demande qui est le plus fou.

C’est à mon sens un bon roman, dans lequel tout est réuni pour en faire un roman captivant : la qualité de l’écriture, la description cinématographique d’une époque, le portrait de personnages hyperréalistes et une histoire des plus saisissantes.

Un vrai coup de cœur !

Emmanuelle C.

Le bal des folles, Victoria Mas, Albin Michel, 2019. 250 p. (Prix Première Plume 2019, Prix Stanislas 2019, Prix Patrimoines 2019, Prix Renaudot des lycéens 2019).

Crédit photo : Electre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑