Un atelier de conversation en langue française à la bibliothèque animé par Sophie Péron et Maï Goupil

En complément des cours de langue française donnés à la bibliothèque, il s’agit de proposer des ateliers de conversation en s’inspirant de démarches d’autres bibliothèques (la médiathèque parisienne Françoise Sagan, La Bibliothèque nationale de France, La Bibliothèque publique d’information au Centre Pompidou à Paris, Les Champs libres à Rennes comme les Heures du conte participatives). Cette démarche a pour objectif de favoriser, par la maîtrise de la langue, la confiance en soi et l’intégration dans la société. A chaque atelier, nous faisons découvrir les ressources de la bibliothèque aux participants et nous terminons en musique :

Amorcer une conversation à partir de livres, de CD, de DVD, de culture numérique, et de la présentation du trésor de la bibliothèque permet aussi d’élargir le réseau de nos partenaires et de conquérir des publics éloignés.

Public visé :

Résidents étrangers, vivant à Dinan et aux environs.

Personnes qui ont envie d’échanger en français.

Animateurs ou animatrices :

Un membre de l’équipe de la bibliothèque, comme médiateur.

Une personne-ressource ou intervenant (parmi les Dinannais et les partenaires).

C’est dans cet esprit que nous avons le plaisir de vous inviter à la bibliothèque pour le prochain atelier de conversation, le samedi 12 septembre 2020 à 10 h 30, sur le thème des chansons françaises (sur inscription). Notre intervenant est M. Jean Vattement.

Merci de vous inscrire par mail au bm@dinan.fr  ou par téléphone au 02 96 39 04 65  si vous souhaitez participer à cet atelier.

Le nombre de participants est limité à 8 personnes.

Je pense que nous allons passer un agréable moment d’échanges et nous le terminerons ensemble en musique.

Merci beaucoup de votre participation et de votre retour.

Maï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑